AFFI - Association Francaise de Finance (French Finance Association)

You are here : Home » "FINANCE" Journal » Browse Content
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Browse Content

Volume 23 - Numéro 2

December 2002

Introduction to Extreme Events in Finance - 15 December 2002

Longin, François

The article discusses various reports published within the issue including "The leptokurtic phenomenon in financial markets," by Christian Walter and "Extreme Values and Risk Appreciation Changes at the Paris Stock Exchange over the Period 1802-2000," by Pedro Arbulu and Georges Gallais-Hamonno.

Download

Le phénomène leptokurtique sur les marchés financiers - 15 December 2002

Walter, Christian

The non-normality of returns is become a well documented stylized fact which appears in almost all the financial markets time series. The aim of this paper is to review the issue of leptokurtosis, with special emphasis on certain aspects still relatively unexplored. 1 / It starts with a review of the old financial literature, exhibiting the age of this phenomenon and its hidden existence, because of a lack of strong recognition by academics and practitioners. 2 / It goes on to emphasize the irrelevance of the statistical concept of the « average » for the purpose of professional risk management in case of leptokurtosis, and presents a new type of model risk : the shape risk. 3 / A new relationship between investment processes and the distribution of returns is proposed, with a conjecture on the revaluation of bottom up approaches as a result of the leptokurtic phenomenon. 4 / Lastly, the paper provides a synoptic view of the different understandings of the non-normality, with special emphasis on the distinction between exogenous information and endogenous information, to introduce some thoughts related to market microstructure and time measure.

La non-normalité des distributions des variations boursières est devenue un fait d'expérience omniprésent dans la finance de marché. Le but de cet article est de présenter un état de la question en mettant en évidence certains aspects de la non-normalité encore peu explicités. On montre que le phénomène leptokurtique a toujours été présent dans les travaux de recherche sur les fluctuations boursières, mais qu'il n'a acquis que récemment une reconnaissance institutionnelle. On fait apparaître la perte de pertinence de la notion de moyenne dans les pratiques professionnelles de couverture et de gestion du risque, en présentant un nouveau type de risque de modèle. On montre la relation existant entre la forme des processus d'investissement dans la gestion d'actifs avec la forme des distributions des rentabilités, en présentant une conjecture sur la revalorisation de l'importance des choix de titres comme conséquence du phénomène leptokurtique. On résume enfin les différentes compréhensions actuelles de la non-normalité en proposant un point de vue distinguant l'information exogène de l'information endogène, pour introduire des considérations sur la microstructure des marchés et la mesure du temps.

Download

Portfolio Insurance : The Extreme Value Approach to the CPPI Method - 15 December 2002

Bertrand, P.; Prigent, J.-L.

This paper applies the extreme value theory to the Constant Proportion Portfolio Insurance (CPPI). A quantile hedging approach is introduced, which provides an upper bound on the standard multiple m. This bound is statistically estimated from the behaviour of extreme variations in rates of asset returns. Moreover, we introduce the distributions of interarrival times of these extreme movements and show their impact on the portfolio insurance. We illustrate these results on S&P 500 data.

Dans cet article, nous proposons une application de la théorie des valeurs extrêmes à la méthode du coussin. Une approche en termes de couverture par quantile nous permet de donner une borne supérieure au multiple, m. Cette borne est estimée à partir des variations extrêmes des rentabilités des actifs. De plus, nous introduisons les distributions des instants d'arrivée de ces variations extrêmes et nous montrons leur impact sur le portefeuille garanti. Les résultats sont illustrés à partir de données sur le S&P 500.

Download

Building a Financial Richter Scale to Assess the Gravity of a Financial Crisis : The Case of 1998 - 15 December 2002

Legras, Jérôme

We apply extreme value theory to financial data. Analysing the 1998 financial turmoil, we estimate the average waiting times of some price variations and show that the crisis must be considered a severe one. We then propose a new scale to quantify extreme financial movements, inspired from geophysics: the Financial Richter Scale, designed to measure the information flow on the market. We also show how to measure the contagion effects that were observed on the emerging markets at the end of August 1998. We give numerical examples on stock markets, Brady bonds markets, interest rate markets and foreign exchange (FX) markets.

Dans cet article, nous appliquons la théorie des valeurs extrêmes à la grave crise financière survenue en 1998. Nous estimons les temps de retour de certaines des variations de prix observées alors et montrons que cette crise peut être qualifiée d'exceptionnelle. Nous proposons ensuite une nouvelle échelle de mesure des crises financières, échelle que nous dénommons échelle de Richter financière, par analogie avec son équivalent issu de la géophysique. Nous analysons et quantifions également les effets de contagion observés notamment sur les marchés émergents à la fin de l'été 1998. Enfin, nous menons des études empiriques sur les marchés de taux, de change et d'action ainsi que sur la dette obligataire des pays émergents.

Download

The Role of REIT's in Asset Allocation - 15 December 2002

Booth, G. Geoffrey; Broussard, John Paul

We explore the risk of large losses in the context of the asset allocation decision involving real estate investment trust (REIT) stocks and a well-diversified portfolio of stocks proxied by the S&P 500 stock index. We examine the performance of 11 different portfolios. Our statistical framework measures return in the conventional manner but uses lower partial moments with probabilities estimated by extreme value theory to measure risk. We confirm the traditional finding that REIT returns are tess volatile and document that REITs enhance portfolio performance by providing the investor with protection against downside risk associated with extreme negative returns.

Dans cet article, nous explorons le risque de grande perte dans le contexte de l'allocation d'actifs. L'univers d'investissement comprend un portefeuille d'actions bien diversifié (l'indice S&P 500) et des fonds investis dans des actifs immobiliers aux États-Unis (real estate investment trust ou REIT). Nous examinons la performance de 11 portefeuilles différents. Notre cadre d'analyse statistique reprend les mesures classiques pour analyser les rentabilités mais utilise les moments partiels avec des probabilités estimées à l'aide de la théorie des valeurs extrêmes pour mesurer le risque. Nous confirmons les résultats traditionnels que les fonds investis dans des actifs immobiliers sont moins volatiles et documentons que ces actifs améliorent la performance des portefeuilles en fournissant à l'investisseur une protection contre le risque de baisse associé à des rentabilités extrêmes négatives.

Download

Multivariate Extremes at Work for Portfolio Risk Measurement - 15 December 2002

Bouyé, Éric

This paper proposes a methodology to provide risk measures for portfolios during extreme events. The approach is based on splitting the multivariate extreme value distribution of the assets of the portfolio into two parts: the distributions of each asset and their dependence function -- named copula. The estimation problem is also investigated. A trivariate empirical application for market indices portfolios (US, German and Japanese stock markets) is provided. Then, stress-testing values and Monte-Carlo based risk measures -- Value-at-Risk and Expected Shortfall -- are computed.

Cet article propose une méthodologie permettant d'obtenir des mesures du risque d'un portefeuille lors des événements de marché rares. Notre approche se fonde sur la séparation du problème de l'estimation multivariée des extrêmes en deux parties : (i) l'étude des distributions des marges; et, (ii) la caractéfisation de leur fonction de dépendance appelée copule. Le problème d'estimation est appréhendé. Nous fournissons un exemple empirique trivarié pour des portefeuilles (indices) du marché action (États-Unis, Allemagne et Japon). Finalement, nous calculons des valeurs de scénarios de stress et des indicateurs de risque (valeur en risque et perte moyenne au-delà de celle-ci) obtenus par méthode de Monte-Carlo.

Download

Valeurs extrêmes et changements d'appréciation du risque à la Bourse de Paris sur deux siècles, 1802-2000 - 15 December 2002

Arbulu, Pedro; Gallais-Hamonno, Georges

This research is empirically based on a new index of monthly returns of stocks prices at the Paris Stock-Exchange covering two centuries, from 1802 to 2000. Extreme values are categorized into two kinds : « maximum variation » to which no direct cause can be attributed and « exogenous » ones, which are caused by a direct event, generally political or linked with a war. Thirty six extreme values are found, of which twelve (33 %) are « maximum variations » and twenty four (67 %) are « exogenous ». A original methodology using the jumps in averaged volatility shows that these two hundred years have been made of seven sub-periods, during which the Parisien market had a specific level of volatility, i.e. a specific assessment of total risk. An historical analysis shows that this statistical result brings out relevant sub-periods.

Ce travail utilise un indice inédit de l'évolution mensuelle du cours des actions à la Bourse de Paris sur deux cents ans, de 1802 à 2000. Une typologie des « valeurs extrêmes » en deux catégories est proposée: les « variations maximales » dues à un emballement momentané du marché, sans cause précise; les valeurs « exogènes » entraînées par un événement majeur, généralement d'ordre politique ou lié à un conflit. Trente-six valeurs extrêmes sont trouvées, douze (33 %) variations maximales et vingt-quatre (67 %) valeurs exogènes. Une méthode originale, qui utilise les sauts de la volatilité glissante, met en lumière l'existence de sept sous-périodes caractérisées par un niveau spécifique de volatilité, c'est-à-dire d'appréciation du risque par le marché. L'analyse historique confirme la pertinence de ce découpage d'origine statistique.

Download